Spider Man – No Way Home : Un Marvel implique des grandes promesses

En cette période de fêtes de fin d’année quoi de mieux qu’un petit cadeau signé Sony en collaboration avec Marvel ? L’homme araignée est de retour sur nos grands écrans pour que nous puissions admirer la qualité des effets spéciaux et des personnages. 
Mais avant d’en dire plus, il faut savoir que toute la communication autour de ce nouvel opus se concentre sur le hashtag : no spoiler home. Et en regardant le film, ces mots prennent tout leur sens. Cette critique est donc garantie sans spoilers. Réalisé par Jon Watts, Spider-Man : No Way Home est actuellement disponible dans les salles de cinéma après plus de deux ans d’attente et un teasing de folie. 

Pour la première fois dans son histoire cinématographique, Spider-Man, le héros sympa du quartier est démasqué et ne peut désormais plus séparer sa vie normale de ses lourdes responsabilités de super-héros. Quand il demande de l’aide à Doctor Strange, les enjeux deviennent encore plus dangereux, le forçant à découvrir ce qu’être Spider-Man signifie véritablement. 

Ce Spider-Man n’est pas comparable aux autres. Ce serait mentir de dire qu’il suit les codes typiques de la maison qui plaisent plus ou moins aux nombreux fans. Mais il est considérablement mieux réalisé. À croire que le réalisateur a bien pris note des choses qui n’allaient pas dans ses deux précédents films. Le plus significatif c’est le personnage de Peter Parker. Malgré ses bêtises d’ado il est plus mature et essaye de prendre du recul sur certaines situations. Il réfléchit, apprend et écoute surtout. Les contours de son personnage se rapprochent ainsi du Spider-Man de Tobey Maguire. Tom Holland ajoute une dose d’humour à tout ceci (humour moins présent que dans les autres films) qui permet de « détendre l’atmosphère ». Et ce n’est pas le seul. Les personnages à leur manière apportent ce côté comique sans alourdir les scènes avec des phrases prévisibles et sentant le déjà-vu. Non, dans Spider Man : No Way Home, elles sont effectivement drôles. 

L’autre qualité du film réside dans l’enchaînement des scènes et la perfection de l’animation, avec des mélanges de ralentis accompagnés de plans serrés et plus précis autour des personnages. On ne perd jamais le fil de l’histoire malgré la longueur habituelle de ce type de film. Dès les débuts, nous sommes immergés dans ce chaos après les révélations de Mysterio aperçu dans la scène post générique de Spider Man : Far from Home. Les actions s’enchaînent, avec une bonne maîtrise des combats chorégraphiés rendant les scènes intenses. Ce dernier Marvel est visuellement magnifique.

Ceci est rendu possible avec l’intégration de Doctor Strange. Déjà dans son propre film, les images sont saisissantes. Le mettre au coeur de l’intrigue est un choix judicieux. Il introduit aussi de plus en plus le multivers. Dans la série d’animation What if, cette notion était déjà un peu développée et laissait présager que d’autres films allaient traiter de ce sujet. Une affaire à suivre de près. 

Ce n’est pas un film sans défaut pour autant. Dans de nombreux teasers, nous avons vu des personnages issus des anciens films comme par exemple le Bouffon Vert ou le Docteur Octopus. Une bonne chose qui est cependant mal exploitée. Le film traite en partie de leurs venues dans cet univers, mais il y a des failles. Octopus voit sa facette sombre finalement sous-exploitée, loin d’être aussi intéressante que chez Sam Raimi. Heureusement que ce n’est pas le cas pour le Bouffon Vert. Willem Dafoe, qui reprend son rôle, a l’air de prendre du plaisir à jouer, et ça se ressent à l’écran. 

Par ailleurs, ce Spider-Man a beaucoup d’ambition. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose, mais on ressent que la réalisation se perd dans des idées pour plaire. Le multivers (qui est déjà quelque chose d’assez dense et dont il est compliqué de tout dire en un film), les anciens vilains, le fait que Spider-Man soit démasqué et qu’il soit sous contrôle judiciaire… Le scénario ne va pas au bout de ses idées, laissant des brèches sans fond. Le script aurait pu être légèrement plus simple en se concentrant davantage sur Peter et sur la manière dont il sort grandi de ces événements. 

Est-ce que Spider-Man : No Way Home est un film qui mérite le déplacement ? C’est un grand oui et pour comprendre les enjeux il est important de regarder les anciens Spider-Man. Donc 5 films à voir absolument. Encore une fois, restez bien jusqu’à la fin pour ne rien manquer : il promet de belles surprises qui feront plaisir aux fans, probable hommage aux films de la saga Spider-Man.

4 Rétroliens / Pings

  1. Édito – Semaine 51 -
  2. The King's Man : Première Mission - dernière déception ? -
  3. Belle : Du mal-être à l’épanouissement -
  4. Hawkeye : Quand un vétéran de guerre reprend du service -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*