Loki : Inspecteur Malice

Nous n’étions clairement pas prêts à ne plus voir sur nos écrans le dieu de la Malice. Son esprit calculateur, son charisme et son égoïsme apportait beaucoup à l’univers Marvel (dans Thor, et les Avengers). Même si son personnage est secondaire, il a réussi à prendre une place plus ou moins importante dans l’histoire de la phase III et à conquérir le cœur des fans. C’est donc avec un grand plaisir que nous le retrouvons dans une série qui lui est dédiée : Loki. Diffusée dès le 09 juin dernier en exclusivité sur Disney+ et comprenant 6 épisodes, cette série a été créée et scénarisée par Michael Waldron (Rick et Morty, Doctor Srange in the Multiverse of Madness).     

Loki ayant été tué par Thanos dans Infinity War, l’histoire se déroule dans une réalité alternative créée par le casse temporel des Avengers après que le Loki de 2012 se soit échappé avec le Tesseract. Le dieu de la Malice veut se servir des pouvoirs du Tesseract pour changer le cours de l’histoire. Après son évasion, il est arrêté et emmené auprès du Tribunal des Variations Anachroniques (ou TVA), un organisme qui agit pour arrêter toute personne qui tenterait d’altérer le passé ou le futur et qui protège l’« éternel flux temporel ». L’agent du TVA Mobius lui demande son aide afin de retrouver une version « variante » de lui-même qui crée le chaos à des époques variées du temps dans une lutte sans merci avec le TVA.

Cette série fait véritablement office d’arc rédempteur pour Loki, permettant de creuser le personnage en profondeur, lui qui était trop souvent cantonné au rôle de méchant pathétique. Il est cette fois confronté à ses problèmes et se rend compte de tout ce qu’il a pu faire avec un nouveau point de vue. L’attaque à New York, le coup d’état à Asgard… En tant que spectateur nous avions toujours ressenti une pointe de « bonté » dans son cœur noir et c’est avec un plaisir non dissimulé qu’on voit la série s’aventurer sur ce terrain. Ainsi dans son nouveau job, nous avons la possibilité de redécouvrir ce personnage fascinant en tout point. Au fond que recherche-t-il réellement ? Le pouvoir ou peut-être une famille ? Loki explore les confins de ses ambitions pour apporter des réponses concluantes aux différentes questions que nous sommes amenés à nous poser. Il y a un focus sur lui, permettant de donner au personnage l’ampleur qu’il mérite tout comme les séries Falcon et le Soldat d’hiver et Wandavision creusaient d’autres personnages secondaires de l’univers Marvel mis de côté dans les films. La série retrace ce qu’il a fait tout au long de cette longue existence de vie comment il réagit face à ses actions passés. 

Ce qui est plus ou moins surprenant c’est qu’ici il redore son blason en aidant la TVA à coincer son double. Le dieu Loki, bavard, impétueux et surtout égoïste devient alors une sorte de Columbo (toujours aussi bavard) pour un organisme chargé d’établir l’équilibre entre les flux temporels. Un schéma assez simple qui pourtant fonctionne plutôt bien grâce au duo que Loki forme avec Mobius (Owen Wilson, que l’on est toujours heureux de voir à l’écran). Sorte de Starsky et Hutch intergalactiques, ils sont le tandem improbable que tout oppose. L’un est le parfait petit fonctionnaire de la TVA et l’autre un semi-asgardien ayant la phobie des règles et de l’autorité. L’intrigue est façonnée de cette manière pour nous surprendre. 

Le personnage de Loki est sans aucun doute le plus nuancé et complexe de tous les antagonistes confondus dans l’univers Marvel. À la fois manipulateur mais très attachant il a su se distinguer des autres super vilains. Il n’est pas du genre à rester dans l’ombre même en tant que personnage secondaire. Son esprit a su convaincre le public et mettre en avant le côté imparfait de son personnage face à des personnages quasi-parfaits et incroyables comme Captain America ou Thor. Lui, ses failles font sa force et ses défauts et le rendent plus humain. Et il en va de même pour sa vulnérabilité. Bien qu’en voulant prouver à tout le monde le contraire, il a en lui une part de fragilité touchante et un amour fraternel certes compliqué mais pourtant bien présent. 

La réussite de ce personnage est due à l’interprétation pleine de panache de la part de Tom Hiddleston. Il apporte beaucoup de charme et de justesse au grand dieu de la Malice. Toutefois, la série manque de touche humoristique. Il y en a mais elles ne sont pas autant présentes que lors des passages du personnage de Loki dans les films. Nous avons été habitués à mieux venant de lui et ici son jeu est moins audacieux qu’auparavant mais c’est sûrement pour marquer le début d’une nouvelle ère. L’ancien Loki n’est plus (ou partiellement). 

Loki est une série laissant un goût d’inachevé. D’un côté elle nous permet d’appréhender le jour où nous ne le verrons plus sur nos écrans mais d’un autre la série dénaturalise le dieu déchu. Il est attendrissant, et est même capable d’aimer quelqu’un (en dehors de sa famille) mais n’a rien à voir avec le Loki de 2012. Et au fur et à mesure que la série évolue, on regrette ce côté décalé qui faisait de son personnage l’un des plus intéressant du MCU. Ce n’est pas une fatalité en soi puisque la série maîtrise assez bien son intrigue malgré de longs dialogues sur les flux temporels (parfois incompréhensibles). Le format série combiné au genre policier avec l’enquête sur les variants apporte de la matière à cette proposition inédite dont le final risque de bouleverser bien des choses dans l’univers Marvel…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*