Labyrinthe – le roman : Novélisation magique

Éditeur prolifique, passionné de pop-culture et toujours décidé à nous faire découvrir de jolies petites perles littéraires, Ynnis Editions a publié depuis le 1er juillet dernier la novélisation du film Labyrinthe dans sa collection ‘’Roman’’. Une très belle façon de rendre hommage au film de Jim Henson ayant bercé notre enfance que de nous offrir cette traduction dans une édition sublime et surtout augmentée, le roman étant suivi d’extraits du carnet de note de Jim Henson et de croquis préparatoires du génial Brian Froud pour le film.

Exercice très fréquent aux États-Unis, la novélisation permet généralement d’enrichir la vision d’un film, en reprenant des éléments de scénario qui n’ont pu être exploités dans le montage final. Encore récemment, la novélisation de L’ascension de Skywalker montrait combien le film fini était un énorme foutoir, incapable de prendre en compte tous les éléments qu’il avait à sa disposition. C’est donc avec un plaisir certain que l’on commence notre lecture du roman Labyrinthe écrit par A.C.H. Smith, dramaturge reconnu ayant travaillé avec la Royal Shakespeare Company, mais étant également responsable de la novélisation de Dark Crystal. Il n’est guère étonnant de le voir remettre le couvert ici tant sa maîtrise de l’univers de Jim Henson est évidente.

Jim Henson, David Bowie et Jennifer Connelly sur le tournage du film

Avec un style très simple permettant immédiatement de visualiser les personnages et l’univers dépeint même si l’on n’a pas vu le film (ce qui fait du roman une excellente histoire à lire aux enfants), Smith s’attache à retranscrire fidèlement tout ce qui fait le sel du film. Si l’on perd inévitablement la richesse visuelle du film et de sa direction artistique, le récit n’en demeure pas moins palpitant et toujours aussi bien mené, variation habile autour de Alice au pays des merveilles où Sarah, une jeune fille capricieuse est plongée dans un univers de fantasy où elle apprendra à faire confiance aux autres et à affronter bien des dangers.

Certes, le roman est solide, mais ne remplace pas l’enchantement vécu devant le film. Il permet cependant d’enrichir la narration en nous plongeant dans les émotions de Sarah sur laquelle on en apprend un peu plus. Et le livre, non content d’enrichir la vision du film, vient surtout nous donner envie de le revoir pour mieux comprendre tout ce qui a motivé Jim Henson derrière le projet. Mais ce qui rend cette édition indispensable sont les compléments proposés à la suite de la novélisation.

Extrait d’illustrations par Brian Froud

En effet, les extraits du carnet de note de Jim Henson sont précieux pour ce qu’elles permettent de montrer de son processus artistique, d’abord très désordonné puis un peu plus organisé avec beaucoup d’idées jetées sur le papier. Le fait de les avoir reproduits tels quels ajoutent une authenticité qui fait plaisir à voir et qui nous en dévoile plus sur le cheminement de pensée de ce grand artiste. Les dessins préparatoires de Brian Froud achèvent de faire de cette édition de la novélisation une pièce maîtresse, nous faisant réaliser la richesse de l’imagination de Froud dont chaque dessin, même préparatoire, est un régal pour les yeux. On en vient finalement à regretter que Henson et Froud n’aient pas travaillé ensemble sur d’autres projets par la suite tant la fantasy, en l’espace de deux films seulement, leur doit beaucoup. Heureusement il nous reste les films et tout ce qui en découle, notamment cette belle novélisation qui saura ravir les amateurs du genre !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*