The Last Movie : Test Blu-Ray

Réalisateur : Dennis Hopper / Casting : Dennis Hopper, Don Gordon, Stella Garcia, Julie Adams, Tomás Milián / Genre : Drame  / Date de sortie : 21 septembre 1971 (sortie US), 18 juillet 2018 (ressortie France) / Durée : 1h49 / Pays : États-Unis /

Synopsis : Une équipe de cinéma est venue tourner un western dans un village péruvien niché dans les Andes. Une fois le film terminé, tous les Américains s’en vont, à l’exception de Kansas, l’un des cascadeurs, qui souhaite prendre du recul vis-à-vis d’Hollywood et s’installer dans la région avec Maria, une ancienne prostituée. Les choses dégénèrent lorsque les habitants décident de tourner leur propre film : les caméras, les perches et les projecteurs sont faux, mais la violence qu’ils mettent en scène est bien réelle. Kansas va se retrouver héros malgré lui de cette « fiction »…

Dossier sur Dennis Hopper autour de la ressortie du film

Date de sortie vidéo : 12 décembre 2018 chez Carlotta Films

Informations Techniques : Master Haute Définition – 1080/23.98p – Encodage AVC – Version originale DTS-HD Master Audio 1.0 – Sous-titres français – Format 1.85 respecté – Couleurs – Durée du film : 1h49

Test Blu-ray :

Commençons tout d’abord par saluer une fois de plus l’initiative de Carlotta Films de gâter les amateurs de belles éditions vidéos en proposant des coffrets de toute beauté. Septième titre de leur nouvelle collection intitulée Édition Prestige Limitée, The Last Movie ne propose pas seulement un combo Blu-ray + DVD mais aussi de nombreux memorabilia inédits. Certes, on pourra arguer sur l’utilité d’avoir 5 cartes postales et l’affiche du film mais le fait est que c’est largement appréciable pour les collectionneurs. C’est néanmoins le livret de 32 pages proposé avec l’édition qui met la cerise le gâteau puisqu’il est composé d’un fac-similé du dossier de presse d’époque ainsi que d’un texte très éclairant de Jean-Baptiste Thoret autour du film, levant le voile sur sa production houleuse et proposant une analyse éclairante sur The Last Movie.

Image : La restauration du film en 4K fait des merveilles. Si quelques fourmillements sont à signaler çà et là, l’image est stable et le rendu des couleurs superbe, permettant d’être dans des conditions idéales pour se lancer dans l’expérience que constitue le film.

Son : Pas de VF à signaler mais une version originale aux dialogues parfaitement audibles. Une fois de plus le travail effectué de la part de Carlotta sur cette édition est formidable.

Bonus Blu-ray :

Introduction de Dennis Hopper : une très courte introduction de Dennis Hopper filmée en 2007 où il explique rapidement ses intentions en citant Godard et en rapprochant son film d’une peinture.

Scene Missing : le gros morceau de cette édition, un documentaire de 49 minutes réalisé par Alex Cox en 2012 autour de The Last Movie, de sa genèse et de son tournage mouvementé. Le cinéaste va à la rencontre des personnes ayant œuvré sur le film comme le producteur Paul Lewis, le scénariste Stewart Stern ou les acteurs Don Gordon et Tomás Milián. De cette formidable galerie de personnages ayant côtoyé Dennis Hopper (où l’on croise un homme qui s’appelle Satya de la Manitou, ça ne s’invente pas !), on retient surtout les anecdotes de Stewart Stern sur la façon dont il a écrit le scénario : lui qui tapait à la machine équipé d’un tuba tandis que Dennis Hopper arpentait la pièce en soliloquant et en fumant constamment des joints, soufflant parfois la fumée dans le tuba de Stern ! Tout ça pour qu’au final, Hopper balance le scénario de Stern avant le tournage, préférant suivre son instinct et partir dans le délire qu’on lui connaît. Paul Lewis dit d’ailleurs avoir relu le scénario de Stern et l’avoir trouvé excellent, regrettant d’une certaine façon qu’il n’ait pas été tourné. Chacun y va de son anecdote autour du tournage situé à près de 3000 mètres d’altitude au Pérou et Tomás Milián montre qu’il ne s’est pas forcément remis de l’expérience en étant ému par le rôle de curé qu’il devait tenir mais n’a pas réussi à honorer parce qu’il a bu durant une scène. Assez complet et très amusant, Scene Missing complète parfaitement la vision de The Last Movie qui se ressent plus qu’il ne se comprend.

La restauration : d’une durée de trois minutes, ce court module nous montre un aperçu du travail de restauration effectué sur le film en comparant des images avant/après.

Le reste est accompagné d’une bande-annonce et d’un spot promotionnel d’époque ainsi que de la nouvelle bande-annonce montée pour la ressortie du film.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*