Mon Ninja et Moi : Attention, chef d’oeuvre !

Sorti à Noël en 2018 au Danemark, Mon Ninja et Moi y a été un véritable phénomène. Récoltant plus de 950 000 entrées au box-office danois (soit environ 1 habitant sur 5), le film d’Anders Matthesen et Thorbjorn Christoffersen débarque enfin sur nos écrans après avoir été remarqué au festival du film d’animation d’Annecy en 2019. Recommandé pour des enfants à partir de 8 ans, Mon Ninja et Moi aborde des thèmes difficiles, parfois de manière très frontale, qui ne conviendront probablement pas à tous les enfants de 8 ans. Sans être aussi bouleversant et dur, il se rapproche de Ma Vie de Courgette de Claude Barras, sorti en 2016 ; surtout lors de son ouverture qui prendra tous les spectateurs aux tripes.

Alex reçoit une poupée ninja en cadeau par son oncle. La poupée est différente d’une poupée ordinaire, elle peut bouger et parler. Très vite, elle utilise sa voix dans le but de se faire passer pour Alex et lui attirer des ennuis. Ils passent alors un marché : la poupée aide Alex à devenir populaire et à séduire une camarade de classe tandis qu’Alex promet d’aider la poupée à venger la mort de l’enfant qui l’a conçue dans une usine en Thaïlande.

La première séquence en Thaïlande arrache le cœur. Mon Ninja et Moi s’ouvre sur une usine où l’on voit travailler, à la chaîne, de très jeunes enfants sous la surveillance d’un chef tyrannique. Lorsqu’un des enfants, abattu par le travail, coud, par inadvertance, l’écharpe du propriétaire de l’usine sur une poupée, ce dernier le bat jusqu’à ce que mort s’ensuive. Une ouverture qui n’est pas à mettre devant tous les yeux, mais qui reflète malheureusement la triste réalité des choses. Et des thématiques difficiles, Mon Ninja et Moi ne cessera d’en aborder. Derrière l’histoire d’amitié qui se nouera entre Alex et sa poupée, le film dénonce le harcèlement scolaire, le problème des familles recomposées, l’alcoolisme, la drogue et la violence. Autant de thématiques qui font réfléchir au-delà du superbe divertissement que propose le film. Car, oui, Mon Ninja et Moi est terriblement divertissant. On pleure, on rit, on s’amuse énormément. S’il arrive à nous bousculer autant, c’est grâce à l’impressionnante richesse du scénario d’Anders Matthesen. De son propre aveu, il souhaitait réunir toute la famille devant son film et susciter le dialogue entre les parents et les enfants à la fin de la projection. Autant dire que le pari est réussi.

Anders Matthesen adapte ici son propre livre, Ternet Ninja. Il emprunte beaucoup au style narratif japonais afin d’élaborer la mythologie de son ninja. Il a choisi un mixage sonore alliant le hip-hop avec certains sifflements de bambous et de tambours Shamisen et Kabuki. L’ensemble ressort dans un style harmonieux qui est aussi cohérent qu’épuré. L’animation est simple et soignée, ce qui permet de mieux digérer les nombreuses influences de son auteur. Matthesen chouchoute son bébé comme jamais. Il est méticuleux dans sa mise en scène et dans le choix de ses dialogues. La force morale de Mon Ninja et Moi est parfaite. Il est la quintessence de ce que doit être un film d’animation. Enfantin juste ce qu’il faut. Un beau discours caché derrière. Un humour adulte qui ne prend pas les enfants pour des imbéciles. Mon Ninja et Moi est une vraie merveille. Il fait l’apologie de la bonté. Il se range indéfectiblement du côté de ceux qui agissent. Une fois encore, Matthesen a déclaré vouloir aller à l’encontre d’une attitude actuelle qui, selon lui, est : « Si je ne fais rien de mal, quelqu’un d’autre le fera de toute façon ». Il instaure une notion de courage bien à lui et, avec son film, offre une aide à tous les adolescents mal dans leur peau et victimes de harcèlement. Mon Ninja et Moi est porteur d’espoir, d’acceptation et de tolérance. Au-delà des horreurs qu’il dénonce, il nous montre que la vie peut être simple et belle, à condition de veiller sur ceux qui nous sont proche.

Vous l’aurez compris, Mon Ninja et Moi est un film d’animation à voir de toute urgence. Il y a bien longtemps qu’un film de cet acabit n’avait pas osé traiter de choses aussi sérieuses et difficiles. Bien sûr, il ne conviendra pas de le mettre devant tous les yeux, et il est important qu’un adulte puisse dialoguer avec l’enfant qui croisera sa route. S’il y a bien un film à aller voir en famille, en ce moment, c’est Mon Ninja et Moi. C’est un de nos plus beaux coups de cœur de l’année.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*