Anything For Jackson : Papi et mamie font de la sorcellerie

On ne va pas se mentir, en tant que cinéphile et cinéphage qui se respecte, nous vouons tout notre temps libre à ingurgiter le maximum d’informations concernant le cinéma. Notre emploi du temps est ainsi maximisé afin d’étancher notre soif inarrêtable. Non content de voir notre pile de films à voir s’agrandir de jour en jour et de remplir nos listes de favoris via nos plateformes de SVOD favorites, il y a aussi un format que nous affectionnons particulièrement : le podcast. Nous ne comptons plus les innombrables émissions que nous ne manquons jamais. Le choix de la séance Shadowz du jour a été motivé par notre écoute du dernier épisode du Shadowzcast, le podcast officiel de la plateforme. Dans cette émission, les chroniqueurs reviennent sur la sortie en salle de When Evil Lurks puis digressent ensuite vers des films sur le thème de la possession qui les ont marqué. Dans cette liste non exhaustive, il y avait Anything For Jackson, film qui attendait patiemment au sein de notre liste de favoris que nous le découvrions. Grâce à l’élan des chroniqueurs du podcast, nous avons pris le temps de découvrir un film méconnu qui mériterait une plus grande reconnaissance.

Suite à la mort de leur petit-fils, Jackson, Audrey et le Dr. Henry, un couple de religieux fanatiques, enlèvent une patiente enceinte dans le but de procéder à un exorcisme inversé afin d’implanter l’esprit du défunt dans le fœtus.

Qui aurait pu prédire que Justin G. Dyck se lancerait dans la confection d’un film d’un tel acabit ? Quand on prend le temps d’analyser la filmographie du réalisateur, elle n’était, jusqu’alors, remplit que de téléfilms de Noël. Des téléfilms aux titres aussi évocateurs que Un Noël à Croquer ou encore A Noël Mon Prince Viendra qu’ils demeurent aussi mémorables que notre dernier plat de coquillettes au beurre. Sans nier, voire renier, les amoureux de ce genre de productions, nous ne comprenons pas l’engouement que suscitent ces téléfilms chaque année à l’approche des fêtes (c’est un kink comme un autre…mais certainement pas de ceux qu’on partage chez Shadowz, sic!). Probablement lassé de mettre en scène les sempiternelles mêmes mièvreries, Justin G. Dyck ne se contente pas de la facilité pour autant. Il aurait été tentant d’aboutir à un film extrêmement violent, comme pour chercher une sorte de légitimité. Justin G. Dyck évite merveilleusement cet écueil pour livrer un film malicieux et diablement bien pensé. Anything For Jackson est un drame familial avant d’être un bon film de genre. Le film prend le temps d’exposer les deux protagonistes principaux. Le couple campé par Sheila McCarthy et Julian Richings est remarquable de justesse. En dépit des actes amoraux qu’ils commettent, on ne peut décemment pas leur en vouloir. Ils sont guidés par leur immense tristesse. Leurs actes répondent à leur douleur. Non seulement les comédiens apportent une humanité rare à des personnages qui auraient pu être de vrais stéréotypes, mais la richesse de leur écriture en fait une des plus grandes forces du film. L’écriture essaie d’aller palper l’insondable afin de faire ressentir la terrible douleur qui consume une personne endeuillée. Ainsi, notre morale réprouve l’enlèvement et la séquestration de la victime, mais nous ne pouvons pas en tenir rigueur aux bourreaux. Il y a plusieurs sentiments complexes et contradictoires qui s’entremêlent lors du visionnage du film. Anything For Jackson n’a pas à rougir de son scénario diablement bien pensé.

Outre son écriture qui fourmille de jolis détails bien pensés pour un film de genre, Anything For Jackson détonne également sur la plasticités de ses effets visuels propres et réussis. Justin G. Dyck ménage ses effets gores. Anything For Jackson puise clairement ses inspirations fantastiques dans le cinéma de genre asiatique. Les spectres qui se mettent à tourmenter les personnages inquiètent par une gestuelle particulières. Entre le démon qui utilise du fil dentaire à un niveau insoupçonné ou celui désarticulé qui rôde autour du ventre de la victime, Anything For Jackson présente une galerie d’antagonistes effrayants par leurs postures singulières. Le film créé l’effroi par la présence pesante des démons. Ils ne se cachent jamais, au contraire, ils font tout pour se faire remarquer. De notre point de vue, il n’y a rien de plus effrayant et imprévisible qu’un démon qui reste statique pendant de longues minutes. L’agression peut surgir à tout moment, il devient alors compliqué de parvenir à déjouer les retournements du film tant il se montre efficace et intelligent dans ses twists. En dehors de ses séquences effrayantes de bon aloi, Anything For Jackson se targue également de quelques effets gores qui ne manqueront pas d’imprimer les rétines pendant plusieurs jours après visionnage. Sans pour autant se poser comme une révolution du genre, le film de Justin G. Dyck est néanmoins un challenger à ne pas prendre à la légère tant il transpire l’envie de fournir un bon film à la fois bien écrit, bien mis en scène et bien interprété. De plus, il évite presque tous les poncifs du genre, offrant des séquences loin d’être bêtes. Et même l’inévitable basculement final devient plausible lorsqu’on le met en corrélation avec les choix précédents des personnages. Une fois encore, le film n’a pas vocation à révolutionner le genre, mais il a le mérite de très bien faire le job et il serait fort dommage de le bouder.

Anything For Jackson est un film hybride à la croisée des chemins entre le film de possession et le film de sorcellerie. Il prend le temps de bien étoffer ses personnages en leur offrant des actions en parfaites adéquations avec leurs idées. Le film ne fait jamais d’esbroufe et tient son fil rouge d’une main de maître en s’octroyant même, au passage, quelques moments de frousse fort bien venus. Clairement, s’il fallait faire passer un message personnel au réalisateur, ce serait le suivant : « Justin, pour l’amour de Dieu, arrête de te formaliser aux téléfilms de Noël sans enjeux ni ambitions artistiques. Tu as de sacrées belles idées pour le cinéma fantastique qu’on ne peut que t’encourager à poursuivre dans cette voie. » A bon entendeur…

Abonnez-vous sans crainte à
SHADOWZ – L’unique plateforme de SCREAMING !

Article réalisé dans le cadre d’un partenariat avec la plateforme Shadowz.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*