Jeff Panacloc à la Poursuite de Jean-Marc : Muppets Spirit !

A moins d’avoir vécu dans une grotte ces dix dernières années, il nous est difficile de croire que vous ne sachiez pas qui est Jeff Panacloc. Sans pour autant vous demander si vous êtes partisans ou non de son humour, ce ventriloque révélé chez Patrick Sébastien en 2011 est devenu un vrai phénomène comique en l’espace de quelques années. A force de travail et de persévérance, Jeff et sa peluche Jean-Marc font désormais partis des humoristes préférés des français. Jeff Panacloc sur scène se diversifie ces dernières années. Il y a inclus de nouveaux personnages hauts en couleur comme Nabilouche avec laquelle il exprime tout son ressenti sur les travers des médias de divertissement actuels. L’aventure sur les planches est désormais bien rodée, c’est au cinéma que Jeff Panacloc s’est lancé un nouveau défi.

Jeff, un homme calme et un peu candide, croise la route de Jean-Marc, un singe en peluche tout juste échappé d’une base militaire. Particularité : cette peluche est vivante. Jean-Marc, sans gêne et sans filtre, embarque Jeff dans une aventure déjantée entre courses-poursuites, rires et situations loufoques, rien ne va se passer comme prévu.

On ne va pas se mentir : voir débarquer Jeff Panacloc et son bagage comique sur grand écran est plutôt étonnant tant les marionnettes au cinéma semblent désuètes de nos jours. Seulement, Panacloc a bien conscience que sa popularité, il la doit à Jean-Marc, son alter-ego a qui il donne merveilleusement vie et qui lui permet d’exprimer sans filtre ses humeurs. A l’heure où les Muppets semblent avoir été mis au placard pour un temps indéfinis, Panacloc tente de faire revivre cette époque où les marionnettes côtoyaient les acteurs avec un naturel déconcertant. Difficile de situer le film entre œuvre de fiction pure et dure et œuvre autobiographique. Panacloc a toujours été très discret sur sa vie privée et il s’est toujours donné un mal fou à imposer Jean-Marc comme une entité à part entière, comme un véritable être vivant. Ainsi, il n’est pas étonnant de constater que le personnage éponyme qu’il joue dans le film est très proche de l’image qu’il a toujours véhiculé dans les médias. La bonne surprise du film réside en cette capacité qu’il a à brouiller rapidement les pistes afin d’être compris à la fois du fan qui connaît son parcours que du néophyte ayant vaguement entre-aperçu ses sketches à la télévision. Jeff Panacloc : A la Poursuite de Jean-Marc est donc à l’image de l’humour du comédien : absurde, vulgaire juste ce qu’il faut, caustique et terriblement rythmé. Panacloc a l’avantage d’être épaulé par Pierre-François Martin-Laval à la réalisation, ex-membre de la troupe des Robin des Bois, qui connaît mieux que quiconque les exigences d’un tempo comique. Le film pioche dans l’héritage que le réalisateur à gardé de l’humour absurde britannique. Son film regorge de comique de situation et de gags visuels. Les enfants qui sommeillent en vous seront ravis.

Par-delà le solide trio de tête entre Panacloc, Jean-Marc et Martin-Laval, le film peut compter sur des seconds rôles d’une qualité exemplaire. Claude Perron est en roue-libre. Elle laisse exploser une folie furieuse qu’elle doit sûrement aux influences de Albert Dupontel tant elle n’a jamais été aussi excentrique. Nicolas Marié et Roby Schinasi, qui font tout pour faire capoter le mariage de Jeff au point d’en risquer la vie de l’un deux, ramènent inévitablement vers le slapstick comique des 3 Stooges (pour ne citer qu’eux). Jeff Panacloc : A la Poursuite de Jean-Marc est un vivier de plusieurs humour qui ravira les adultes spécifiquement. Car, oui, le paradoxe veut que ce film ne s’adresse pas forcément aux très jeunes. A commencer par l’humour graveleux de Jean-Marc qui n’est pas à mettre devant n’importe quel enfant. Jeff Panacloc : A la Poursuite de Jean-Marc se vit surtout comme une solide madeleine de Proust qui nous ramène vers nos meilleurs après-midis devant les Muppets ou les films de Laurel & Hardy chez papi et mamie. Quand bien même la sensibilité naturelle de Pierre-François Martin-Laval dépoussière le visuel de son film de toute violence abrupte afin de rassembler la famille, pas sûr que les allusions sexuelles de Jean-Marc ne conviennent aux très jeunes enfants.

Jeff Panacloc : A la Poursuite de Jean-Marc est une sacrée surprise qui ravira autant les fans de l’humoriste que les nostalgiques des Muppets. Pierre-François Martin-Laval démontre encore un vrai talent de metteur en scène et renoue avec ses premiers amours de l’absurde afin de servir au mieux les talents de son comédien. On n’aurait pas pu rêver mieux pour une première incursion de Jean-Marc au cinéma.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*