Édito – Semaine 11

Nous vous disions dans un précédent édito combien la vie du cinéphile était difficile, faite de choix cornéliens incessants, un film visionné en impliquant forcément tant d’autres qui ne le sont pas. Dans cette course parfois épuisante dans le seul but (qui nous semble, de temps à autre, franchement futile) d’enrichir notre culture personnelle, le cinéphile se perd dans ses choix, d’autant que les plates-formes de SVOD ne viennent pas arranger la situation, mettant parfois en ligne des films durant une durée limitée, nous forçant sans cesse à revoir nos plans de visionnage.

Tout cela pour dire qu’il arrive dans la vie du cinéphile qu’il ressente un besoin pressant de déconnecter, de passer une semaine sans voir de films, se permettant tout de même çà et là quelques épisodes de séries. Une déconnexion salvatrice, permettant de rediriger certaines priorités, de souffler un peu, de faire autre chose (audace suprême, s’aventurer hors de chez soi pour ne pas aller au cinéma !) et de passer du temps avec ses proches. Ce moment est venu pour l’auteur de ces lignes qui – au moment où elles seront publiées – sera déjà en vacances.

Une façon comme une autre de vous dire, chers lecteurs, qu’il n’y aura pas d’édito les prochaines semaines, non pas parce que je vous ai oublié mais parce que la déconnexion n’est vraiment efficace que si l’on évite de travailler, même à distance. Ne pas écrire une ligne pour Close-Up, laisser mes camarades Mathieu (qui lui attend ses vacances prochainement) et Thomas effectuer mes tâches (ardues, osons le mot, un grand merci à eux) pendant deux semaines puis revenir en forme, sans avoir vu de films, puis en enchaînant donc trois dans la même journée sans cligner des yeux parce que le cinéphile, comme tout addict, peut parfois replonger rapidement dans ses mauvaises habitudes…

1 Rétrolien / Ping

  1. Édito – Semaine 14 -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*