Édito – Semaine 7

Après un mois de janvier interminable, voilà que février a pointé le bout de son nez avec des températures à la hausse et de la pluie. Résultat, cela fait plus d’un mois que tout le monde est plus ou moins malade, se refilant à tour de rôle des rhumes et des grippes dans la joie et dans la bonne humeur, confirmant que l’hiver est décidément une saison où l’on devrait hiberner.

Tout le monde fait grise mine, y compris le box-office qui, la semaine dernière, n’a cumulé que 1,9 million d’entrée, soit la plus petite cinquième semaine du box-office français depuis 1993. Il faut dire que si les propositions intéressantes ne manquent pas (La Zone d’intérêt, d’ailleurs en tête du classement avec 239 000 entrées, La Bête, Daaaaaali !), il manque réellement aux cinémas un film phare et attractif capable de faire revenir en masse le public en salles. Argylle semblait taillé pour cette mission mais a lamentablement échoué, aussi bien aux Etats-Unis qu’en France (se faire dépasser par un film de Jonathan Glazer sur la vie d’une famille nazie à côté d’Auschwitz, il fallait le faire). Le film est en même temps un échec artistique quasi-total, noyé sous des effets numériques immondes, véhiculant un point de vue satirique relativement douteux dont on ne sait pas vraiment quoi penser.

Résultat, on attaque cette nouvelle semaine sans enthousiasme, même si la Saint-Valentin qui arrive devrait faire plaisir à bon nombre de gens. Nous n’en ferons pas partie cette année, attendant désespérément que Scarlett Johansson nous rappelle, évitant donc les bars et les restaurants ce mercredi pour se retrouver devant Baldur’s Gate pour une soirée en tête à tête finalement pas si déplaisante que ça. Il faut savoir faire avec ce qu’on a, ne nous plaignons pas, nous l’avons fait bien assez dans nos éditos précédents. Mais tout de même, vivement le printemps !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*