Le Nid du Tigre : Nid de poule dans le scénario

« Guddu » est certainement le premier mot qui vous est venu à l’esprit en apprenant que Sunny Pawar était le personnage principal de ce film. Ce mignon petit garçon qui a fait vibrer tous les cœurs des spectateurs du film Lion, sorti en 2016. Voilà 6 ans maintenant que le jeune garçon n’est pas apparu sur grand écran, à l’exception peut-être dans son pays natal, l’Inde. Le voici aujourd’hui, tenant le rôle titre d’une production pour enfant italienne. Pour enfant oui, nous y reviendrons. Comble de tout, après avoir joué dans un film qui s’appelle Lion, le voilà désormais aux côtés d’un tigre. Et non, ce n’est pas un remake de L’Odyssée de Pi. Réalisé par Brando Quilici, le film raconte l’histoire de Balmani, un jeune orphelin, qui assiste à un acte de braconnage au cœur de l’Himalaya, vers Katmandu. Une tigresse se fait abattre, laissant derrière elle un bébé tigre que le jeune garçon parvient à libérer et à sauver in extremis. Mais les braconniers continuent d’être à sa poursuite, l’obligeant à s’occuper du tigre par tous les moyens.

Brando Quilici ne s’en cache pas, Le Nid du Tigre est un film destiné aux enfants. À l’heure où le braconnage continue d’être, les scénarios se multiplient depuis le COVID pour remettre les animaux, notamment sauvages, au centre de nos préoccupations. Mystère, Le Loup et le Lion, Le Chêne, King et bien d’autres. Il faut admettre que les bébés animaux tout mignons attirent du public, et en particulier les jeunes enfants. De plus, éduquer sur l’importance de la survie de ces animaux est primordiale. Et qui de mieux que les enfants pour assimiler cette notion ? Le réalisateur étant un habitué des chaînes nature telles que Discovery Channel et National Geographic, nul doute que les images sont de qualité. C’est même l’atout majeur de ce long-métrage, la photographie et par extension la mise en scène. On voyage, on découvre des paysages et des lieux magnifiques, on apprend énormément sur des contrées, des légendes et des populations qui nous sont lointaines et on découvre des communautés dont nous ignorions même jusqu’à la possible existence. Les cadres sont souvent magnifiques et les plans majestueux. Aucun doute, Brando Quilici, Nicola Cattani et Doug Allan savent prendre de belles images et sont doués pour cela.

Malheureusement, le film ne compte que sur son visuel et ses images. Et c’est dommage, car une histoire de fiction ne se filme pas tout à fait de la même manière qu’un documentaire National Geographic ou animalier. Or, c’est exactement de cette manière qu’est filmé Le Nid du Tigre, comme un documentaire animalier. Le problème étant qu’on sent des fois que les protagonistes font tâches, qu’ils ne sont pas à leur place. Comme s’ils dérangeaient la nature et sa tranquillité. C’est difficile à expliquer, mais par moment, on s’attendrait presque à entendre une voix off qui nous explique que l’acteur est entré sur le territoire d’un animal dangereux. Un jeune enfant ne discernera vraisemblablement pas ce défaut de mise en scène, mais il peut peser lourd sur l’appréciation du film. Ici, c’est la nature, sa faune et sa flore qui sont intégralement mis à l’honneur en dépit du scénario et de ses protagonistes. C’est dommage, car tout en ayant d’incroyables images vraies, on ne ressent pas le poids de cette urgence écologique et environnementale qui est dépeinte. Outre un tigre pas toujours réel et encore moins bien incrusté par moment, le résultat fait faux et peine à convaincre.

Là où le film surprend par son manque de crédibilité vient donc majoritairement du scénario. Pour un film pour enfant, nous ne sommes pas spécialement exigeants, la thématique principale étant surtout la protection du monde animal et particulièrement des tigres en voie de disparition. Le problème vient essentiellement du fait qu’ils sont trois scénaristes pour nous pondre une narration aussi décevante. Surtout que ce ne sont pas n’importe qui puisqu’il s’agit d’Hugh Hudson et Rupert Thompson, épaulés par Brando Quilici lui-même. Le premier est un cinéaste réputé des années 80′ et le second un romancier britannique de renom. À se demander ce qui leur est passé par la tête lors de l’écriture. L’histoire est d’une simplicité déconcertante, ce n’est pas comme ça que l’on passionnera nos enfants pour les plus belles histoires. Même à six ans, les enfants sont capables de comprendre des choses un peu plus complexes et profondes. Là, il faut bien admettre que c’est léger et le problème vient certainement d’une volonté de production. Sérieusement, justifier du braconnage pour acheter une moto… C’est du foutage de gueule, on préférerait n’avoir aucune caractérisation de personnage et qu’il reste dans l’oubli à la fin.

Derrière, évidemment, difficile d’obtenir des acteurs, des performances très époustouflantes. Certains des personnages étant probablement des autochtones issus des communautés en question, on pardonnera volontiers les faiblesses d’acting. En revanche, avec ce film on va finir par se demander si les seules lignes de dialogue de Sunny Pawar dans Lion n’étaient pas Guddu pour la simple et bonne raison qu’il était incapable de jouer autre chose avec talent. Et ce n’est pas le seul. La VF n’aidant pas lors du visionnage, cela n’empêche pas au jeu d’être, d’une manière générale, catastrophique. Seule Claudia Gerini s’en sort relativement bien et fait mine de croire à l’absurdité de ses dialogues. C’est la seule qui devrait être récompensée de ses efforts tant les autres protagonistes font peine à voir d’inaptitude scénique. Là encore, destiner son film à un jeune public ne l’exempte pas d’une certaine rigueur d’écriture et de direction artistique. C’est dommage de négliger à ce point des éléments essentiels de la fiction pour miser uniquement sur le sujet d’origine. Le Nid du Tigre a beaucoup de choses à dire, et les acteurs en sont les premiers porte-paroles lors de la diffusion du film, si on ne les crédibilise pas un minimum, c’est le projet entier qui se casse la gueule.

Résultat, difficile de défendre Le Nid du Tigre tant ses défauts sont d’envergure. Le résultat est assez net, on éprouvera une certaine difficulté à conseiller ce film plutôt qu’un documentaire sur la même thématique. Le film ne doit son existence que parce que les documentaires ont une sale réputation et qu’un bébé tigre fait péter le score de mignonnerie. Malheureusement, l’aspect documentaire est factuellement trop présent et l’artifice risque de se voir trop rapidement pour véritablement pousser les gens à aller voir ce long-métrage. Et c’est bien dommage, car son propos est effectivement urgent et angoissant et nous apprenons malgré tout des choses passionnantes et inattendues.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*