Le Parfum vert : Énigmes au milieu des rues de Paris

Vincent Lacoste et Sandrine Kiberlain. On peut dire qu’il s’agit là d’une belle affiche. Un duo d’acteurs charmants que l’on aurait volontiers découvert plus tôt. Ce sont les promesses du Parfum Vert, un film de Nicolas Pariser. Un acteur de la comédie française assiste, durant une représentation de spectacle, à l’assassinat de l’un de ses collègues et ami sur scène. Ce dernier, dans un dernier râle d’agonie, lui dit les mots suivants : « Le Parfum Vert ». Piégé par la force des choses dans cette funeste enquête, l’acteur se retrouve suspect principal de ce meurtre. Au fil de sa fuite, après s’être lui-même fait enlever, il rencontre une dessinatrice en pleine séance d’autographes dans une boutique vide. Cette rencontre inopinée les emmène d’indice en indice vers la résolution de cette enquête.

Sur le papier, l’histoire du Parfum Vert semble assez commune. Un enchaînement de péripéties que l’on a tous déjà vu quelque part, sur fond de film à énigme comme l’ont si bien popularisé certains auteurs du 19 et 20ᵉ siècle. Tout amateur de ce style de cinéma, entre thriller et comédie, trouvera vite son bonheur devant le long-métrage. Sandrine Kiberlain tient parfaitement son rôle de dessinatrice impulsive et curieuse dans ses décisions, mais clairvoyante dans les situations. Un rôle faisant admirablement bien contraste avec la nonchalance de Vincent Lacoste et de son rôle souvent angoissé. Les personnages se renvoient bien la balle durant leur errance au milieu des rues de Paris.

L’histoire n’est ni simple ni simpliste, elle n’est pour autant pas non plus d’une complexité absolue. L’enchaînement des péripéties suit son cours avec une certaine évidence et fluidité. Rendant la narration certes agréable, mais malheureusement jamais transcendante. On s’amuse, on apprécie notre séance et on aime voir ces deux acteurs talentueux. Mais Le Parfum Vert n’est pas le film qui nous restera en mémoire très longtemps. Le film intrigue, questionne, joue avec nous par cette enquête farfelue dans laquelle le suspect principal s’est fait alpaguer à son insu. Il reste une pierre honorable, surtout pour les amateurs de thriller léger, sur fond comique. Et puis la distribution en vaut le déplacement.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*