Le Chat Potté 2 – La dernière quête : L’aventure que l’on n’attendait plus !

Personnage secondaire génial de Shrek 2, le Chat Potté avait eu le droit en 2011 à une aventure solo fort sympathique mais pas grandement mémorable non plus. Quelle surprise de constater alors que onze ans plus tard, Dreamworks donne une suite au film avec La dernière quête. Longtemps restée au stade de développement, sans cesse repoussée au point que les producteurs avaient envisagé un reboot du personnage, cette suite a l’intelligence de montrer le bout de sa truffe avec plusieurs bonnes idées dans sa besace.

Outre le plaisir de retrouver ce malicieux personnage, saluons le scénario qui met enfin le Chat Potté dans une situation délicate : après avoir épuisé huit de ses neuf vies (de façon hilarante), Potté se voit contraint de prendre sa retraite et ce d’autant plus qu’il est traqué par le grand méchant loup, un terrifiant chasseur de primes et redoutable adversaire… Planqué chez une dame collectionnant les chats, Potté (toujours doublé avec fougue par Antonio Banderas en version originale et Boris Rehlinger en version française) entend parler de la mythique Etoile à vœu, qui pourrait lui redonner toutes ses vies. Mais il n’est pas le seul sur le coup : son ancienne partenaire Kitty Pattes de Velours, Boucle d’Or et les trois ours et Big Jack Horner sont également à la recherche de l’Etoile…

Embrassant sa dimension fantastique avec une ferveur toujours aussi intacte et un goût pour la parodie de contes de fées que l’on ne pensait franchement plus retrouver à un tel degré, La dernière quête s’avère être une surprenante réussite et ce d’autant plus qu’on n’en attendait pas grand-chose. Mais la générosité du scénario, la malice quant au traitement des personnages et l’envie de réellement chercher le cœur du personnage principal cachant derrière ses fanfaronnades incessantes de profondes blessures en font un divertissement riche et haut en couleurs, bien aidé par un rythme infernal et surtout une réalisation particulièrement soignée.

Alors que le premier opus souffrait d’une animation un peu lisse et d’un manque de personnalité visuelle, La dernière quête propose une refonte totale du visuel général de son univers. En effet, le design se fait plus pictural avec plus d’aspérités, sur un style emprunté à Spider-Man : New Generation et déjà à l’œuvre sur Les Bad Guys, autre production Dreamworks sortie cette année. L’animation s’intéresse donc moins à l’idée d’avoir un rendu impeccable, préférant donner l’impression d’avoir devant nous les gravures d’illustration des contes de fées prendre vie. Les détails se fondent dans le décor, comme à la gouache et la représentation stylistique générale l’emporte ici sur la volonté d’avoir un rendu trop parfait. D’où une sensation assez grisante pour nos rétines durant tout le film, qui attaque d’ailleurs très fort avec une scène inaugurale donnant le ton et tellement rythmée qu’il nous faudra attendre que le film se pose un peu pour réellement comprendre cette nouvelle identité visuelle qui donne au Chat Potté un vrai coup de boost.

Et si le récit sera globalement sans surprises dans son déroulement, le soin apporté aussi bien au développement des personnages (Boucle d’Or a son propre arc narratif) qu’à la mise en scène (chaque apparition du grand méchant loup est franchement soignée, retranscrivant bien son aspect terrifiant) font de cette Dernière quête un pur régal devant lequel petits et grands ne pourront que miauler de plaisir. Une très bonne surprise, en somme !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*