La chronique des Bridgerton – Saison 2 : Une saison moins passionnante

Lady Whistledown est de retour en cette seconde saison de La Chronique des Bridgerton. Diffusée depuis le 25 mars 2022, elle est actuellement dans le top 2 du palmarès de Netflix. La sensualité de la première saison laisse place à un épineux triangle amoureux. Rivalité, passion et somptuosité : voilà ce que nous promet une deuxième saison très attendue par les fans.

Le film nous présente la duchesse d’Hastings, heureuse en ménage et mère d’un garçon. C’est à présent Anthony le Vicomte Bridgerton (Jonathan Bailey) qui doit, en cette nouvelle saison des mariages, remplir ses devoirs d’héritier en trouvant une épouse. Un véritable défi pour cet homme qui a des exigences bien explicites. Ses plans sont rapidement contrecarrés avec la venue (ou plutôt) le retour de Lady Mary Sharma et ses filles dont Kate (Simone Ashley) à Londres. Cette fois encore, Lady Whisleydon (qui n’est autre que Pénélope), tâchera de rapporter tout ce qu’elle entend et voit à ses chers lecteurs. Que la saison des mariages commence !

Le loup de la bergerie s’est-il transformé en agneau ? Le frivole Anthony a complètement disparu afin de laisser place à un homme, dont le sérieux s’est endurci. Ses ambitions de trouver une femme dans le but ultime de procréer, rend son personnage insensible et moins sulfureux. Lord Bridgerton ne cherche pas l’amour mais à fonder une famille convenable pour perpétuer la tradition. Il regarde ses prétendantes avec du mépris dans le cas où elles ne remplissent pas ses critères dignes des sites de rencontres : une femme instruite, aimant lire… Sa position est le reflet de la mentalité de l’époque et ce à quoi aspirait (en quelque sorte) le délicat diamant de la saison dernière, Daphné Bridgerton.
Il pose des questions, à la manière d’un entretien des plus austères, où les réponses laissent peu de place à l’imagination. En passant à la suivante, la même chose se produit. Ses attentes sont aussi grandes que son égo. C’est ce qui fait la force de ce personnage.

Anthony a d’ailleurs trouvé en la personne de Kate Sharma, une rivale à sa hauteur. Elle agit comme Anthony dans la première saison en tenant d’une main de fer sa maisonnée et contrôle sa petite sœur jouée par Charithra Chandran. Une autre délicate petite fleur à l’instar de Daphné dont le projet est de se marier avec un bon parti. Elle est belle, sait se mettre en valeur tout en gardant sa part de naïveté. Sa grande sœur Kate est son opposé. Son personnage est un mélange entre Eloise, Pénélope et un soupçon de Miss Thompson. Sa personnalité mélangée à l’esprit borné du Vicomte crée des affrontements à répétition.

La saison toute entière ne suit pas la lignée de la première. La sensualité, bien maîtrisée par la mise en scène qu’une joute verbale réactive, a disparu. La relation entre le Duc D’Hastings et sa femme nous a rapidement entrainé dans les méandres de cet amour passionnel. Ici, bien que les efforts de jeu soient remarqués, on ne comprend pas l’évolution de celle de Kate et Anthony. Bien que celle-ci se devine rapidement (et en voyant quelques aperçus dans la bande annonce), nous ne sommes pas transportés. Il y manque du piquant, un je-ne-sais-quoi qui fait la différence. Une caresse dans le cou, un effleurement de main, tout était propice à rester dans la continuité de la première histoire des enfants Bridgerton. Mais les soucis scénaristiques sont trop importants pour répondre à toutes les attentes.

Le scénario jongle ainsi entre des dialogues longs, parfois intéressants, ainsi que des tensions inabouties. On voit que leur amour grandit, cependant nous ne le ressentons pas. L’approche est sans doute plus romantique et moins passionnée malgré quelques légers moments intimes (en comparaison avec la précédente saison). Leur alchimie ne réussit pas à convaincre.

Cette saison accorde, toutefois, davantage de temps dans le but de développer ses personnages : sur leurs aspirations, leur amour, l’objet de leur tourment… On apprend par exemple les circonstances de la mort du père des enfants Bridgerton, les nouvelles fréquentations d’Eloise et l’organisation de la publication des feuillets de Lady Whistledown.

La deuxième saison de La Chronique des Bridgerton souffre d’un manque de rythme. Le changement radical du comportement d’Anthony dénature l’essence de son personnage. Sa fougue n’est pas aussi présente et son intérêt se concentre à présent dans sa quête de la femme parfaite. En fin de compte, nous ne sommes pas transportés au cœur de l’amour entre le Vicomte et Kate. Cela reste plat et sans réel intérêt.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*