Édito – Semaine 14

La gifle que Will Smith a donné à Chris Rock. Voilà tout ce que le monde entier a retenu de la cérémonie des Oscars de cette année qui s’est déroulée le 27 mars dernier. Une gifle commentée à travers le monde entier, avec d’un côté les défenseurs de Will Smith et de l’autre ceux de Chris Rock. D’un côté une blague pas drôle et totalement déplacée (cela fait en plus des années que Rock vanne le couple Smith), de l’autre un geste violent également totalement déplacé, réaction disproportionnée et d’autant plus dommage que quelques instants plus tard, Will Smith était sacré Meilleur Acteur et récoltait un Oscar. Ce qui aurait dû être une soirée de consécration pour l’acteur fut entachée par un geste de colère, geste prenant toute la place sur les réseaux sociaux, certains allant même jusqu’à réclamer que l’Oscar soit retiré à Smith. Si on ne fait pas partie des fervents supporters de l’acteur (clairement Benedict Cumberbatch et Andrew Garfield étaient pour nous ceux qui auraient le plus mérité la statuette), il faut reconnaître la bêtise d’une telle demande quand on sait que Kevin Spacey, Roman Polanski et Harvey Weinstein ont encore leurs récompenses.

Ce qui est surtout dommage dans ce geste, c’est qu’on ne parle plus que de ça, occultant totalement ce qui devrait être au cœur de la cérémonie : le cinéma. Cela dit, difficile de comprendre quoi que ce soit à un palmarès absolument invraisemblable qui sacre Coda meilleur film (on ne s’en remet toujours pas) quand littéralement tous ceux en face de lui étaient bien meilleurs ou quand Belfast (au demeurant le meilleur film de Kenneth Branagh depuis bien longtemps) reçoit l’Oscar du meilleur scénario original face à Licorice Pizza ou Don’t Look Up. Même si Dune a largement été récompensé par beaucoup d’Oscars techniques bien mérités, on est aussi surpris de ne pas le voir remporter l’Oscar du meilleur scénario adapté (en faveur de Coda, encore lui) vu le travail de titan mené sur le roman de Frank Herbert. Restent heureusement les récompenses de Jane Campion, Jessica Chastain (même si on aurait préféré Penélope Cruz ou Kristen Stewart) et Ariana DeBose (obtenant celui de la Meilleure Actrice dans un second rôle pour le même rôle que celui tenu par Rita Moreno dans West Side Story et qui lui avait valu la même récompense soixante ans plus tôt) pour offrir un peu de baume au cœur.

Cela reste cependant bien peu pour une cérémonie autrefois prestigieuse qui ressemble de moins en moins à cette fabuleuse idée de célébrer le cinéma dans toutes ses formes et uniquement du point de vue artistique. Les récompenses semblent ainsi de plus en plus consensuelles, cédant au lobbying, plus attachées à flatter l’égo d’un cercle très privé plutôt qu’à réellement célébrer les œuvres d’art pour ce qu’elles sont. Une chose est sûre, c’est que d’ici quelques années, tout le monde aura oublié Coda et son Oscar mais on se souviendra encore qu’en 2022, Will Smith a giflé Chris Rock. Quand on songe que ces lignes sont écrites alors que de la neige tombe du ciel en avril, on est réellement en droit de se demander si nous n’avons pas basculé sans nous en rendre compte dans une autre dimension…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*