Uncharted : La manette nous tombe des mains.

L’adaptation du jeu vidéo Uncharted au cinéma a connu moult péripéties depuis une dizaine d’années. Sony s’est cassé les dents à trouver la star idoine pour incarner Nathan Drake tout autant que le réalisateur malléable pour orchestrer les attentes du studio. Les fans du jeu exclusif à la PlayStation ont espéré Nathan Fillion, acteur de Serenity qui s’est éclaté à incarner le personnage dans un court métrage enthousiasmant. Cette tentative a amorcé le projet avec l’acteur avant un énième silence radio. Mark Wahlberg a un temps été pressenti pour être l’aventurier proche d’Indiana Jones et de Lara Croft. Mais l’ambition de Sony et sa succursale PlayStation Productions est de mettre en scène un jeune Nathan Drake. Souvenez-vous de la séquence d’Uncharted 3 où le joueur incarne le jeune Nathan essayant de voler la bague et un astrolabe dans un musée de Colombie ! Ce chapitre a convaincu le studio de miser sur une approche jeune du personnage laissant le loisir d’explorer les différentes aventures du personnage sur une franchise attendue tout en gérant au mieux le vieillissement de l’acteur choisi. Et cet acteur n’est autre que la poule aux œufs d’or de Sony par son incarnation superficielle de Spider-Man, Tom Holland. Le jeune acteur révélé par Juan Antonio Bayona dans The Impossible a connu le jeu grâce au studio lui-même suite à l’installation d’une PlayStation dans sa caravane avec les jeux Uncharted chargés dans la console. Ainsi, pendant les tournages des trois Spider-Man, l’acteur a eu le loisir de poncer les jeux avec cette envie grandissante d’incarner Nathan Drake au cinéma. Si l’acteur a d’abord sondé les producteurs alors distributeurs de la saga James Bond pour être le prochain 007, ils lui confient le rôle du célèbre aventurier en consolation, variation explicite du héros de Ian Fleming et par ricochet du Indiana Jones de George Lucas et Steven Spielberg. 

L’adaptation pour le cinéma d’Uncharted a finalement trouvé son acteur principal et son acolyte/mentor, Mark Wahlberg récupérant le rôle de Sully. Mais qui pour le réaliser ? Après s’être révélé grâce au succès de Bienvenue à Zombieland, Ruben Fleischer avait confirmé avec le chouette Gangster Squad avant de se perdre avec l’adaptation de Venom. Le choix facile d’un réalisateur docile pour le studio qui lui confie les rênes d’Uncharted. Ce pari ne rassure pas les fans, mais surtout les cinéphiles, frange non-négligeable de joueurs de la saga vidéoludique mettant en scène Nathan Drake retrouvant l’essence d’une expérience de cinéma manette en mains. Les jeux vidéos Uncharted ont cette particularité de faire vivre à ses joueurs une aventure palpitante référencée au cinéma de Steven Spielberg et autre monument contemporain du genre Aventure. On pense à Fritz Lang, aux aventures d’Allan Quatermain et aux missions de James Bond trouvant l’assimilation adéquate au cœur des différents épisodes Uncharted. Les jeux produits par Naughty Dog sont gorgés de références toutes digérées pour trouver l’écrin singulier pour éviter les sempiternelles redites, mais surtout d’exister en tant que tel. L’expérience Uncharted est unique au cœur d’un genre épuisé jusqu’à la moelle par les références citées. Dans le jeu vidéo, Lara Croft a déjà vécu ses propres aventures avant l’arrivée d’Uncharted qui dès sa sortie triomphe rebattant les cartes par un souffle épique nouveau et une mise en scène au cordeau immergeant son joueur au cœur de péripéties palpitantes.

La saga vidéoludique Uncharted respire et transpire le cinéma. Le 7e art est la base du gameplay d’un jeu dont le but est de faire vivre une expérience cinématographique. L’adapter pour le cinéma est à l’image du serpent qui se mord la queue. Preuve en est avec ce film Uncharted, divertissement entraînant et solaire plastiquement parfait. Le spectateur traverse le monde avec une facilité déconcertante. Boston, New York, Barcelone puis la Thaïlande vont être le théâtre d’une lutte acharnée pour trouver des indices amenant nos héros vers un trésor. Il y a un moment que le cinéma n’a pas permis de partir à la recherche d’un trésor. La Dernière Croisade d’Indiana Jones date de 1989, Benjamin Gates a rapidement tiré sa révérence après seulement deux films oubliables et ne parlons pas de Lara Croft qui n’a pas retrouvé le coup de jeune souhaité malgré un second opus à l’approche. Nathan Drake est la bouée de secours ouvrant le bal des blockbusters promotion 2022. Le long métrage fait comme si tout le monde connaissait déjà les personnages avec une présentation simple et basique pour mieux nous entraîner d’emblée dans des péripéties rabâchées. Cette exploration archéologique n’apporte rien de bien original entraînant nos protagonistes dans une vieille église à Barcelone ou au cœur des îles paradisiaques thaïlandaises. L’histoire accroche, mais l’action ne déboussole jamais au gré de péripéties banales. Trahisons, piteux rebondissements et courses poursuites sont le lot d’un programme surécrit se concluant sur une zone édénique. Un lieu propice à la citation spielbergienne toujours entre Les Goonies de Richard Donner et le plus récent Pan de Joe Wright qui se retrouve spolié de sa dernière séquence fantastique. Fleischer convoque également les films de cape et d’épée et de piraterie de l’âge d’or d’Hollywood. Nathan Drake/Tom Holland se transforme pour un instant en un Errol Flynn bondissant. La séquence est orchestrée sans le moindre talent à l’aide de fonds verts et d’une multitude de caméras dans tous les coins, mais force est de reconnaître son ambition et de son efficacité stupéfiante.

Étrangement, le jeu se retrouve par bribes, quelques détails par des costumes fidèles et autres clins d’oeil/citations dans ce banal film d’aventure et d’action. Après avoir révolutionné l’approche du gameplay dans le jeu vidéo devenant l’une des franchises les plus populaires au monde exclusives à la PlayStation, Uncharted perd de son entrain sur la grande toile. Certes divertissant et efficace, il faut bien plus pour convaincre avec cette transposition facile et anodine d’un jeu nous rappelant sans cesse à l’aventure. Sony espère une franchise de longue durée (son nouveau James Bond ?) avec Nathan Drake dont cette première aventure prépare déjà le terrain de jeu avec obéissance. Mais il faudra bien plus de talent et de rigueur à l’avenir pour nous convaincre d’y revenir. Une deuxième chance est envisageable, pas plus ni moins.

2 Rétroliens / Pings

  1. Édito – Semaine 8 -
  2. Édito – Semaine 10 -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*