Respect : Quand la musique guérit les vieux démons  

Il est triste de constater que la majorité des plus grandes chanteuse américaines ont toutes eu une vie tourmentée. Leur unique moyen d’y échapper était la musique. Ainsi, elles pouvaient s’exprimer, se lâcher complètement et même se sauver la vie. C’est le cas pour Aretha Franklin dite Ree pour les intimes. Sa vie, son parcours sont aujourd’hui retracés dans le long métrage Respect de Liesl Tommy. Il est actuellement disponible dans les salles. 
Le film suit l’ascension de la carrière d’Aretha Louise Franklin, de ses débuts d’enfant de chœur dans l’église de son père (surnommé C. L.) à sa renommée internationale à en devenir une chanteuse populaire de Soul. 
Lady of Soul, Sister Soul ou tout simplement Queen of Soul, Aretha Franklin est une artiste qui restera longtemps dans les annales. Sa voix puissante, sa grâce et sa prise de position en fait l’une des chanteuses les plus influentes du XXème siècles. La représenter au cinéma n’était donc pas évident. Il fallait non seulement prendre une assez bonne actrice, mais surtout une excellente chanteuse avec une puissance vocale remarquable. Et Jennifer Hudson est parfaite. Son interprétation musicale est fantastique, sa voix colle parfaitement avec la voix originale d’Aretha. Un véritable plaisir auditif. 

Déjà dans Dreamgirls alors que sa carrière venait tout juste de commencer, elle avait prouvé son talent pour les vocalises convaincantes et touchantes. Dans Respect, elle cristallise sa voix afin de devenir mémoire, à l’image de Madame Franklin. Leurs carrières ne sont pas du tout comparables pourtant, la choisir pour jouer dans ce film, est un choix plus qu’évident. D’ailleurs, lors de son audition pour la troisième saison d’American Idol, elle présente au jury Share your love with d’Aretha. Aujourd’hui elle joue son rôle au cinéma comme une évidence. On ressent que cette grande chanteuse a beaucoup influencé l’actrice qui va jusqu’à imiter ses prouesses musicales et sortir les notes de ses tripes. Elle est complètement dans ce rôle qui semble être parfait pour elle. 

Pour Aretha Franklin la musique était une échappatoire. Elle a subi des violences physiques et sexuelles au cours de sa vie. Lorsqu’elle chantait, c’est sa voix qu’elle faisait entendre. Elle voulait qu’on l’écoute. Le film Respect (qui est tout de même assez long) se concentre sur cette idée par le jeu de son actrice principale. Tout comme la prestation de la jeune actrice qui interprète la chanteuse enfant, Skye Dakota Turner. Sa voix et sa prestance sont une révélation. Elle fait preuve d’une grande maturité musicale et extérioriser les sentiments les plus profonds de son personnage par ses mots. Elle s’éteint puis réapparaît lorsqu’elle chante.
Prisonnière de ses proches et plus particulièrement de son père envahissant (avec un Forest Whitaker toujours aussi excellent) ainsi que de son premier mari violent Ted White (Marlon Wayans), d’après le film, elle n’a pas eu l’occasion d’exprimer clairement ce qu’elle pensait. Ce n’est que par le chant qu’elle arrive à matérialiser ses idées et sortir la tête de l’eau, un peu comme une thérapie.

Le scénario est classique, sans surprise, dévoilant chronologiquement la manière dont elle réussit à se mettre à nu avec les paroles de ses chansons. Dans les moments difficiles, le personnage principal trouve le salut dans sa musique. À l’écran, c’est par ses titres et la mise en scène de leurs conceptions que l’on comprend son histoire. C’est une manière assez intense de présenter sa vie. Et ça fonctionne ! Les scènes d’enregistrement des chansons ou lors des concerts – celle de son interprétation de Respect et Amazing Grace dans un temple Baptiste – procurent des frissons.

Dans Respect, le plus important est la musique. Elle permet de nous faire ressentir la tristesse et les angoisses d’Aretha Franklin grâce à Jennifer Hudson. C’est un drame biographique typique d’Hollywood qui brille par son casting à la hauteur des attentes dans une intrigue facile, mais marquée par des performances vocales exceptionnelles. Un bel hommage à celle qui aura marqué l’histoire de la musique américaine. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*