Passeur d’Hommes : Test Blu-Ray

Réalisateur : J. Lee Thompson / Casting : Anthony Quinn ; James Mason ; Kay Lenz ; Michael Lonsdale ; Malcolm McDowell ; Patricia Neal / Genre : Guerre / Compositeur : Michael J.Lewis/ Date de sortie : 1979 / Durée : 99 minutes / Pays : Royaume-Uni/

Synopsis : Pendant la Seconde Guerre mondiale, la résistance française engage un Basque espagnol pour faire traverser la frontière au professeur Bergson et sa famille. Très vite, ils sont poursuivis par un dangereux nazi sadique du nom de Von Berkow…

Critique du film : À l’orée des années 1970, la carrière de J.Lee Thompson a pris un tournant vers la facilité. Après une décennie à offrir quelque titres phares (Les Nerfs à Vif/Les Canons de Navarone/L’Or des McKenna), le réalisateur anglais a offert ses services aux plus offrants opérant sur les suites de La Planète des Singes (La Conquête/La Bataille) puis collaborant étroitement avec Charles Bronson pour des produits taillés sur-mesure pour la star se spécialisant alors dans les films d’auto-défense et d’action.
De quoi entretenir une carrière en pente descendante après 20 ans de bons et loyaux services entre le cinéma britannique et Hollywood. Si certaines œuvres sortent techniquement du lot (Le Bison Blanc), le reste est en deçà des capacités du metteur en scène assurant le minimum syndical. L’homme ira même jusqu’à diriger un slasher, alors période faste du genre, avec Happy Birthday en 1981.

Passeur d’Hommes est un beau champ du cygne pour le metteur en scène qui se voit gratifié d’un casting cinq étoiles, mais d’un scénario affligeant. Passeur d’Hommes est un film de guerre luxueux qui arrive malheureusement en fin de parcours du genre en 1979. Le film n’échappera pas au flop à sa sortie ne permettant pas un nouveau souffle aux films empruntant le cadre de la Seconde Guerre Mondiale, malgré le fait d’être un divertissement d’aventure de haute volée.
Le film part en effet sur de bonnes bases avec un cadre épique et une aventure accrocheuse avec ce Basque incarné avec force par Anthony Quinn qui va prendre tous les risques pour sauver cette famille pourchassée. Mais pourchassée pour quoi ? Le scénario reste vague sur la question et donc sur les enjeux de cette évasion dans les montagnes entre la France et l’Espagne pour fuir les SS. Si le film fait montre d’un souffle assuré, le reste n’est qu’une succession d’idioties parfois camouflées par la folie du jeu de Malcolm McDowell ou l’assurance des comédiens, tous prestigieux, donnant la meilleure performance possible. Ils sont l’arbre cachant une forêt d’incongruités basses comme le slip à la croix gammée de McDowell et ce final brouillon semant le trouble sur les réelles intentions au montage final.
Considéré comme un nanar du genre par certains, Passeur d’Hommes est un potentiel grand film d’aventure sur fond de Seconde Guerre Mondial se perdant dans ses intentions par une seconde partie abracadabrante. Restent quelques séquences malines (l’avalanche) et une violence graphique surprenante (le final à la frontière) pour un film écrit et monté à la truelle ayant bénéficié des services irréprochables des meilleurs artisans pour l’orchestrer. Passeur d’Hommes peut donc se découvrir comme un grand film raté ou comme une bisserie digne des Italiens pour bien se marrer entre amis.

Test Blu-ray :

Date de sortie vidéo : 3 novembre 2020

Informations Techniques : Image couleurs au format 2.35 compatible 16/9 région B encodé en 1080p Full HD. Son VF, VO et VOSTF à la norme DTS HD Master audio 2.0.

Image : Après une première sortie en 2015 en DVD, Sidonis profite d’une récente restauration de Passeur d’Hommes pour ressortir son film dans une édition HD de haute volée. Le format 2.35 est diablement respecté avec un grain assez bien préservé. Les premiers plans dans la montagne surprennent par un piqué pointue et au grain respecté. Le reste du film sera du même acabit, Sidonis profitant d’un bon matériau de base pour produire une belle galette HD. Restent seulement quelques plans flous volontaires et des teintes parfois un peu sombres (cachette dans le grenier du bordel, couloir du train de nuit, etc.). À noter un point important sur le film qui est présenté dans une copie intégrale non censurée, ce qui justifie la stylisation de la violence par J.Lee Thompson qui ne s’en privera plus en fin de carrière en compagnie de Charles Bronson.

Son : Une VF correcte sans le moindre dynamisme, alors que la VO se montre plus fougueuse et enlevée, à privilégier ici. 

Bonus Blu-ray : Rien de neuf dans le compartiment des bonus, tous repris du précèdent DVD déjà édité par Sidonis en 2015. À savoir :

  • Une présentation du film par le coutumier Patrick Brion qui revient sur la carrière de J.Lee Thompson tout en montrant une certaine facétie sur le film en question sur la galette pour lequel il ne porte pas un grand intérêt.
  • Anthony Quinn, un original : Un documentaire américain datant de 1990 en version française et d’une durée conséquente de 55 minutes. Un document classique à destination de la télévision, assez hagiographique envers l’acteur en question qui venait de tourner avec Tony Scott pour Revenge en compagnie de Kevin Costner et Madeleine Stowe. 
    Le film se montre complet sur la carrière de l’acteur, lui-même intervenant avec deux de ses enfants et quelques partenaires de cinéma comme Gina Lollobrigida, J.Lee Thompson, Martin Ritt ou Stanley Kramer. De sa naissance au Mexique, passant par son arrivée à Los Angeles et le début de sa carrière compliqué, le documentaire se montre exhaustif en information retraçant avec soin la carrière faste de l’acteur. Se focalisant sur les grands classiques de sa filmographie, le film se permet même de revenir sur sa vie entre son mariage avec la fille de Cecil B.De Mille et sa relation avec sa grande famille. Si le film s’arrête au début des années 1990 (pas grand chose à relever ensuite), ce bonus se montre riche pour apprendre dans les grandes lignes la carrière de l’acteur génial dans Lawrence d’Arabie ou mythique en Zorba le Grec.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*