Les Trolls 2 – Tournée Mondiale : Rien pour vous défoncer les yeux

Après un premier film sorti en 2016, que personne n’attendait et qui s’est révélé fort sympathique et entêtant, Les Trolls reviennent sur grand écran pour une deuxième aventure, poussée par le succès au box-office du premier opus. Force est de constater que le mercantilisme hollywoodien n’a aucune limite et se montre ici capable de toutes les idées possibles pour justifier la mise en chantier d’une suite dont personne n’avait évidemment besoin.

Le royaume des trolls est en harmonie depuis que Poppy en est devenue la reine. Elle ignore cependant que le monde est bien plus vaste qu’elle ne l’imagine et qu’il y a différentes sortes de trolls à travers le monde, chacun d’entre eux ayant adopté un style musical bien distinct. La reine Barb, qui ne croit qu’au rock’n’roll, entreprend de conquérir le monde et de voler les cordes musicales des autres royaumes pour imposer sa musique, menaçant l’équilibre et l’harmonie de l’univers. Poppy et Branche vont alors tout faire pour l’en empêcher…

Voilà donc pour le synopsis, complètement idiot, pondu par cinq scénaristes (jamais un bon signe quand ils sont plus de deux) répondant visiblement aux désidératas des producteurs afin d’offrir aux spectateurs une œuvre familiale et colorée, truffée de musique pour mieux vendre la bande-originale derrière. On ne rechignera pas devant l’inventivité visuelle de la chose, vraiment la grande qualité du film qui ne recule devant rien pour nous en mettre plein les mirettes et imprimer à jamais des couleurs vives sur nos rétines. Le travail sur les textures est notamment assez fabuleux et vient donner vie à un univers sans cesse aux frontières du psychédélisme pur et dur. Nul doute qu’en se donnant autant à fond dans la confection d’un univers improbable et coloré, les réalisateurs ont donné vie à l’un des films qui doit être le plus fun du monde à regarder complètement défoncé !

Le problème, c’est qu’au-delà de ce foisonnement visuel, Les Trolls 2 n’a absolument rien à proposer en purs termes scénaristiques. Non seulement le film est un naufrage humoristique total (tous les gags tombent à plat dans une gêne absolue) mais il nous prend aussi tous pour des idiots tant il aime à répéter ses enjeux, comme s’ils n’étaient pas assez forts. En effet, durant les trente premières minutes du film, on a le droit à trois explications différentes quant au plan de la reine Barb pour dominer le monde. Le pire sera le restant du récit, s’arrêtant toutes les dix minutes pour raconter une nouvelle fois la légende de l’univers des trolls ou, pire encore, pour nous asséner la formidable et sirupeuse morale que les différences sont importantes dans ce monde et qu’il faut les célébrer. Loin de nous l’idée de trouver cette morale stupide attention, elle est au contraire essentielle dans ce monde qui s’uniformise de plus en plus mais l’asséner à grand renforts de coups de massue sur le crâne en prenant les enfants pour des débiles ne semble pas être la meilleure idée de l’année.

De cette mièvrerie se dégage alors un certain goût rance, le film allant jusqu’au trop-plein de musique stupide achevant d’abrutir nos oreilles et de détruire nos neurones. Complètement absurde et décérébré, Les Trolls 2 est certes totalement innocent et ne semble jamais réaliser sa bêtise. Reste un divertissement résolument déterminé à vous déconnecter le cerveau et à vous faire ressentir le même effet qu’une bonne dose d’acide, c’est toujours ça de pris !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*