Opération Tonnerre (1965) : « Ce que j’ai fait ce soir, je l’ai fait pour la Reine et pour mon pays! »

James Bond :

Après Goldfinger, un nouveau film mettant en scène les aventures de James Bond débute en cours de mission. Un enterrement avec un cercueil aux initiales « JB » – pas d’inquiétude, ce n’est pas 007 le mort (faudra attendre le prochain pour cela) -, mais un lieutenant à la solde du SPECTRE qui a récemment tué deux agents 00. Mais il y a une ruse et il ne faut pas la faire à James, surtout en termes de manières féminines.
Après le combat mouvementé de ce début de film, ce cher Bond a bien besoin de se remettre d’aplomb. Il effectue alors une petite cure et se retrouve au centre d’une machination orchestrée par le SPECTRE. Dans Opération Tonnerre, du nom de la mission qui va le conduire à Nassau dans les Bahamas, ce cher James enchaîne les conquêtes, les confrontations et les prises d’informations envers ce cher Largo, antagoniste du film. Les films s’enchaînent tous les ans et Sean Connery est toujours aussi à l’aise. Opération Tonnerre est le point d’orgue avant un dernier film en deçà l’année suivante, On ne vit que deux Fois. Ce nouveau film voit le retour de Terence Young après avoir orchestré les deux premiers films de la saga, mais surtout le premier emploi d’une perruque pour Sean Connery atteint d’une calvitie sévère. Cela marque l’œil surtout si on enchaîne les films. 

L’ordre de mission :

Tout commence pendant la cure de James Bond. L’agent tombe par un heureux hasard dans la clinique où s’effectue une opération de chirurgie esthétique, un échange de corps pour mieux voler des missiles nucléaires. Avec ces deux engins, le SPECTRE souhaite extorquer 100 millions de livres à l’Angleterre et aux États-Unis ou alors ils lanceront les missiles sur une ville au choix. James Bond est alors convoqué à Londres, sans savoir que le tout est lié, puis part à Nassau dans les Bahamas pour surveiller Emilio Largo, N°2 du SPECTRE, et grand manitou de cette extorsion. Pour cette Opération Tonnerre, Bond enchaîne donc les femmes et nous promène dans les Bahamas sur des plages sublimes, des fonds marins lumineux et son carnaval sanglant. Ce 4e film de la saga est, à savoir, un tournant pour le cinéma, employant des caméras sous-marines pour une bataille navale finale incroyable. Une véritable prouesse pour l’époque tournée en six jours après un entraînement terrestre sur un parking. La séquence compte près de soixante cascadeurs et le résultat est encore aujourd’hui bluffant.

L’antagoniste :

Opération Tonnerre est le troisième film à mettre en scène l’organisation du SPECTRE. Après Jacques Bouvar, bien mort en introduction, c’est le N°2 qu’affronte James Bond sous les tropiques. Emiliano Largo est incarné par un acteur italien célèbre, Adolfo Celi. Une gueule du cinéma de l’époque né le 27 juillet 1922 en Sicile et mort le 19 février 1986 à l’âge de 63 ans. Le rôle de Largo va faire de lui l’une des gueules les plus appréciées du cinéma européen, lui qui a commencé l’année précédente chez Philippe de Broca pour L’Homme de Rio avec Jean-Paul Belmondo. À partir de 1963, l’acteur sicilien, ayant vécu une grande partie de sa vie au Brésil, n’arrêtera plus de tourner. On retient dans sa filmographie L’Express du Colonel Von Ryan ; Grand Prix de John Frankenheimer ; Danger Diabolik de Mario Bava ; Un Condé d’Yves Boisset ; Le Mataf de Serge Leroy ou encore Dix Petits Nègres de Peter Collinson.
Dans Opération Tonnerre, il incarne l’un des méchants les plus iconiques de la saga, reconnu notamment grâce à son cache-oeil noir sur l’œil gauche. Ce qui déclinera la posture célèbre dans les pires pastiches de la saga au fil des années. Pourtant ce n’était pas une mince affaire en passant après Auric Goldfinger.

James Bond Girl :

Martine Beswick; Claudine Auger; Luciana Paluzzi

Après la femme forte qu’est Pussy Galore dans Goldfinger, la James Bond Girl du film fait un peu tache. Pourtant elle est française, Claudine Auger, et a une sacrée filmographie. Elle débute sa carrière en 1958 chez Pierre Gaspard-Huit, puis tourne Le testament d’Orphée de Jean Cocteau. Elle reste célèbre pour le rôle de Domino, sœur du colonel assassiné pour mieux reproduire son visage dans la première partie du film dans la clinique. Domino est sous la dominance de Largo avant l’arrivée de Bond qui la charme d’emblée au sortir de l’eau. C’est elle-même qui s’échappera du joug de Largo en le harponnant sauvant Bond d’une mauvaise affaire. Claudine Auger restera dans les mémoires pour son rôle dans Opération Tonnerre, plus gros succès au box-office de la saga James Bond après Skyfall.
Claudine Auger enchaîne théâtre, télévision et cinéma pendant près de 40 ans. Elle tourne dans Le Masque de Fer d’Henri Decoin, Yoyo de Pierre Etaix, Belphagor le magnifique d’Ettore Scola, trois films pour Jacques Deray dont Flic Story avec Alain Delon ou encore La Baie Sanglante pour Mario Bava. Elle est aujourd’hui à la retraite à l’âge de 78 ans.

Section Q :

Tout débute par l’un des moments phares de la saga et la séquence du JetPack permettant à Bond de s’échapper après avoir réglé son compte à Jacques Bouvar. Le temps d’arroser les assaillants avec un jet d’eau par l’Aston Martin, de retour pour deux séquences puis générique.
Pour une fois Q n’apparaît pas dans le bureau de M, mais rejoint Bond à Nassau lui présenter ses nouveaux joujoux. Un propulseur sub-aquatique pour transporter plus rapidement Bond sous l’eau, bien sûr le tout est armé de harpons et d’une fumée pour un bel effet lors de la séquence finale pour reconnaître Bond au milieu de tous ses hommes poissons. Un cachet émetteur pour signaler la présence de Bond n’importe où, ce qui le sauvera après avoir débouché dans une crique sur une île perdue des Bahamas. Puis une montre récepteur Geiger miniature pour repérer les deux missiles sous l’eau. La montre est donc étanche. Tout un équipement qui trouvera bien sûr son utilité et qui ne reviendra jamais en état à Q. À remarquer que la séquence avec Q est la première de la saga des films 007 où l’on sent un véritable lien entre les deux hommes entre agacements, car Bond n’étant jamais concentré, embêtant gentiment Q, et bienveillance entre les deux hommes pour une longue série d’apparitions toutes délicieuses.

1 Rétrolien / Ping

  1. On ne vit que Deux Fois (1967) : "Pour le Service de La Reine" -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*