Await Further Instructions : Générations Perdues

Découvert lors de l’édition 2018 du Paris International Fantastic Film Festival et révisé lors de la 26e édition du Festival Fantastique de Gerardmer, il est temps de vous parler du film réalisé par Johnny Kevorkian, Await Further Instructions.

Await Further Instructions repose sur un principe basique du drama : une famille de la classe ouvrière britannique, les Milgram, se réunit pour fêter Noël. Les liens se sont délités, le fils revenant après quelques années de silence. Mais rapidement, la famille se retrouve piégée dans sa maison de banlieue par une entité mystérieuse et non identifiée communiquant avec les Milgram par leur télévision. Toutes les fenêtres et les portes sont scellées de l’extérieur. Tous les téléphones portables et ordinateurs sont en panne. La télévision familiale est la seule source d’information du monde extérieur. Elle incite les Milgram à suivre exactement les instructions affichées sur le poste de le télévision.

Beaucoup de critiques de cinéma ont vus par Await Further Instructions comme le premier film anglais post-Brexit qui en dénonce le démarchage putassier de cette ère complexe de l’Angleterre. Mais vu de France, on ne peut se permettre d’affirmer ce crédit, suivant bien malgré nous les informations reçues par notre téléviseur. Point est notre envie de promulguer un message délivré par BFM TV ou le journal de France 2. Nous laisserons cette affaire aux critiques de cinéma anglais bien plus avisés que nous.
En attendant de nouvelles instructions des médias anglais sur leurs conditions compliquant la vie des Européens, le long-métrage de Johnny Kevorkian est une petite pépite digne d’un épisode de The Twilight Zone. Le film aurait fait un excellent épisode pour Rod Serling, l’histoire étant une critique féroce de la société anglaise, mais surtout des différentes générations de celle-ci. 
Au cœur de cette maison, nous retrouvons le grand-père, le père, la mère, le fils et la fille, accompagnés par les pièces rapportées. De ce petit groupe est détaillé les maux de générations qui ne s’accordent pas et ne peut correspondre sans s’agresser et s’insulter. Les Milgram est représentés à l’image d’une chaîne de dominos: le patriarche raciste de la famille (David Bradley) harcèle son fils frustré Tony (Grant Masters), ce qui met une pression à ce père pour qu’il fasse taire toute dissidence de son fils prodigue, Nick (Sam Gittins) et sa petite amie indienne quasi progressive, Annji (Neerja Naik).

Dans Await Further Instructions, il est question des maux familiaux anglais typiques, mais aussi du racisme prégnant de la société anglaise. Annji qui supporte les quolibets du grand-père et du père n’acceptant la place de cette fille amenée par force et provocation par son fils en froid avec lui.
Les liens de cette famille Milgram sont toxiques. Chacun se punissent de leurs amères conditions créant cette frustration par une agressivité malsaine. Les Milgram ou l’expérience frontale d’être un anglais typique dans L’Angleterre contemporaine.

«Restez à l’intérieur et attendez d’autres instructions», lisez les lettres vertes maladroites sur l’écran de télévision.» Si Johnny Kevorkian jette un large filet de satire sociale, massant le lien entre abus de génération et obéissance aveugle à l’autorité, il mène brillamment les ressorts de son petit film. Un fantastique qui devient morbide au fur et à mesure des rebondissements. L’horreur provient autant de l’étroitesse de l’esprit de ses personnages que de la mortification cronenbergienne de leur chair, créant un cauchemar bien plausible sur la capacité des médias à transformer un frère contre un autre. Et alors que la plupart des films de ce type déraillent à l’amorce du troisième acte, Await Further Instructions maintient un engagement obscur sans faille. Les images finales font alors vaciller le spectateur plongé dans des ténèbres vertigineuses de noirceurs, dernier plan d’un réalisateur qui inévitablement fait le parallèle direct avec les maux d’une société asphyxiée.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*