Glass : L’espoir brisé !

En 2017, M.Night Shyamalan surprenait une nouvelle fois son petit monde avec Split. L’histoire d’un tueur en série aux 25 personnalités incarné de façon bluffante par James McAvoy (Trance). Mais là où la malice de Shyamalan nous scotchait pour attiser notre curiosité de cinéphile est dans le fait de raccrocher ce film produit par Jason Blum à Incassable, son deuxième film avec Bruce Willis produit en 2000.
Souvenez-vous de David Dunn, homme ayant survécu à un accident de train se découvrant des aptitudes hors du commun entre dons divinatoires et une résistance incroyable. La renaissance d’un homme face au désespoir d’Elijah Price, l’homme de verre.

Incassable est une étude sur la possibilité du super-héros dans notre société, son devoir et l’appréciation de ses aptitudes, mais surtout la renaissance d’un homme au sein de son foyer. Shyamalan y répond avec rationalité et recul. Avant cette imbrication avec Split permettant aux spectateurs de plonger dans un univers étendu intégrant David Dunn. À l’image du spectateur, le héros d’Incassable comprend qu’il n’est pas le seul à avoir des aptitudes extraordinaires. Ce qui nous amène tout logiquement vers Glass.
Glass conclut une trilogie tout en permettant de continuer son exploration d’un univers singulier. Malheureusement, un détail va tout faire chavirer dans le cliché ennuyeux. Pourquoi ce détail (que nous ne révélerons pas ici) signifié par un pique n’ayant aucunement sa place dans la trilogie. Cet élément sera le retournement d’une série d’histoires captivantes vers la banalité d’un cinéma contemporain affligeant de facilités. Même M.Night Shyamalan s’y fourvoie pour une raison qui nous échappe. Le réalisateur avait pourtant toutes les cartes en main. Élément clé du film, le Dr Ellie Staple se suffisait à elle-même pour condenser cette ouverture abracadabrante. Nous avons comme une impression de revoir Michael Myers tomber dans les mains de la secte des Halloween 5 & 6. Un détail chagrinant qui nous gâche le plaisir de retrouver les personnages principaux, dont Bruce Willis en David Dunn.

Pourtant, M.Night Shyamalan réussit son entrée en matière assurant le fan-service par la confrontation entre Elijah Price, David Dunn et Kevin Wendell Crumb. La traque par l’homme à l’imperméable du kidnappeur de jeunes filles. Une première partie se concentrant sur l’enquête et la traque par David Dunn permettant de sortir Bruce Willis des DTV fades des dernières années. Un héros fascinant auquel on croit à chaque instant par son côté réaliste, presque empathique.

Par un soubresaut scénaristique facile, nous suivons les deux personnages à l’asile psychiatrique où réside déjà Elijah. Le docteur Ellie Staple les étudie afin de prouver que ce ne sont pas des héros et des vilains, juste des affabulateurs. Tout l’intérêt du film démarre ici, Shyamalan engageant un questionnement complexe capable de rendre schizophrène le spectateur. Le réalisateur du Sixième Sens s’en joue alors pour mieux rentrer dans le rang permettant l’exploitation par les producteurs d’un monde ouvert. Nous ne verrons rien, mais la trilogie ouvre grandes les portes à la découverte de vengeurs aux capacités hors du commun, comme un hommage (pompage) à Stan Lee et Marvel. Tout l’historique des X-Men est palpable, l’embryon d’un monde extraordinaire et commun pour les cinéphiles tuant toute la responsabilité d’un premier film se suffisant finalement à lui-même. Par Glass, on comprend donc que Split n’aurait jamais dû être raccroché à Incassable. Le pouvoir de travailler sur le questionnement d’une possibilité captivante à l’époque d’Incassable s’ouvre ici sur une exploitation opportuniste d’un univers étendu. Les supers-héros, magne facile pour des studios et un producteur malin qui souhaite se raccrocher aux wagons à moindres frais. Shyamalan lui offre la possibilité sur un plateau pendant que nous autres pleurons la perte d’un film singulier et salvateur pour un genre qui n’était qu’à ses prémices à l’époque. 

3 Rétroliens / Pings

  1. Box-Office US du 18/01/2019 au 20/01/2019 -
  2. Box-Office US du 25/01/2019 au 27/01/2019 -
  3. Box-Office US du 08/02/2019 au 10/02/2019 -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*