44e Festival du Cinéma Américain de Deauville : Jour 8

Une nouvelle journée normale et en toute simplicité commence en ce jour 8 à Deauville. Nous filons fièrement rencontrer Morgan Freeman aux alentours de 12h. Après avoir été honoré de sa barrière sur la plage de la ville, le festival organisait une conférence de presse pour bavarder un peu avec lui. Il faut avouer que nous sommes un brin déçu de cette opportunité, le public prenant le parti de poser des questions ahurissantes de bêtise, quand les journalistes, sur place, ne souhaitaient pas renchérir derrière par manque de culot. La conférence de presse se déroule alors dans un climat d’amateurisme quand la traductrice/journaliste essaye tant bien que mal de recadrer l’échange.
Il en restera donc la rencontre avec un acteur de légende qui a traversé les générations avec une facilité et un flegme déconcertant. À l’image de sa présence aujourd’hui.

Après cette réjouissante rencontre pour les cinéphiles que nous sommes, nous filons à 14h30 pour la découverte de Leave No Trace de Debra Granik, réalisatrice entres autres de Winter’s Bone, film qui avait lancé la carrière de Jennifer Lawrence. Ici, toujours cette même histoire d’américains reclus au cœur d’une forêt que la société vient extraire pour les conformer à ses règles. Un père et sa fille bien conscient de leur situation à être libre, totalement indépendant du conformisme et des conventions chères à l’Amérique. Le père est un ex-soldat peinant à rester en place souffrant du syndrome PTSD et la fille le suit par amour. Mais les choses vont bientôt changer, notamment pour elle, souhaitant se construire et se poser définitivement.
Le film de Debra Granik, en salles le 19 septembre, est une ode à la liberté, celle de penser et d’agir pour des hommes vite catégoriser par une société moralisatrice. Ben Foster y trouve un beau rôle, mais surtout, nouvelle découverte d’une jeune actrice grâce à Debra Granik, Thomasin McKenzie, actrice néo-zélandaise, aperçu dans pleins de seconds rôles, notamment The Hobbit, mais dont c’est ici le premier grand rôle. La critique de Leave No Trace sera prête courant de semaine, on vous tient au courant et on vous reparle du film très prochainement.

Ensuite place à la conférence de presse de Debra Granik, venue présenter son film et le soutenir. Après Morgan Freeman, l’on sent que les professionnels sont présents pour bavarder avec la réalisatrice, notamment via la nature et la pertinence des questions. Debra Granik se montre bavarde et généreuse pour mieux défendre un film dont nous vous invitons à découvrir à partir du 19 septembre en salles.

Pause dîner, puis c’est reparti avec la redécouverte de Only The Brave, ou plutôt Line of Fire en France, de Joseph Kosinski, qui pointe le bout de sa bobine une année après sa sortie aux USA. Nous avions déjà découvert le film via son Blu-ray import.

Quelle surprise se dévoile à nous avec une version raccourcie de 25 minutes rendant le film efficace, mais omettant beaucoup de moments d’échanges et de partages entre les personnages. L’accident de voiture manque à l’appel et d’autres séquences nous rendant stupéfait d’un tel acte surtout pour une exploitation e-cinéma ne convenant en aucun point à ce film fait pour la salle de cinéma. On vous envoie vers notre critique du film, basée sur la version américaine et non française, nous avions préparé un peu de travail en amont. On vous invite surtout à vous pencher sur le BRD US disponible un peu partout pour pouvoir découvrir dans les meilleures conditions une belle proposition de spectacle avec au centre, le courage des pompiers américains bravant le feu dans les grands espaces typiquement US. Au casting, Josh Brolin, Jeff Bridges, Miles Teller et Jennifer Connelly sous l’oeil avisé de Joseph Kosinski, responsable de Top Gun 2 pour Tom Cruise après leur collaboration sur Oblivion.

On finit la journée sur le très attendu, Blindspotting, réalisé par Carlos Lopez Estrada, avec Daveed Diggs et Rafael Casal, également scénaristes du film.

L’histoire suit, sur trois jours avant la fin de sa liberté conditionnelle, le parcours de Collin lui permettant de se réhabiliter et repartir pour de bon.
Blindspotting repose essentiellement sur l’énergie et la vibe de deux comédiens géniaux nous entraînant dans les quartiers d’Oakland, ville concentrant les problèmes sociétaux d’une Amérique meurtrière. Collin assiste à l’assassinat d’un jeune de 26 ans par un flic et ne sait pas comment réagir. Pour en savoir plus, on vous invite sur notre critique du film, Blindspotting sortant en salles le 3 octobre prochain.

Demain, dernière journée pour nous sur le festival. Découverte de Peppermint de Pierre Morel avec Jennifer Garner et du film, Opération Finale avec Sir Ben Kingsley et Oscar Isaac. Tout, tout, vous saurez tout sur cette dernière journée rapidement !

À demain !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*