Dans la Brume : Une bonne bouffée d’air frais.

Lors de la sortie du film, Dans la Brume, on en est venu à s’exclamer et à applaudir le risque pris par TF1 Studio à produire et exploiter une telle proposition de cinéma fantastique en France. Il est vrai que Dans la Brume est un risque, une tentative de faire du neuf (en France) avec du vieux (un peu partout dans le reste du monde). Un pari gagnant vu le score honorable, voire bon, du film au box-office France. Il est de coutume une nouvelle fois à élargir la visibilité du film à tous les médias, alors que pour sa sortie en salles, la projection du film nous était interdite. Des effets spéciaux pas terminés ou un montage non abouti comme excuses, alors que nos collègues de la télévision ou de certaines radios avaient déjà pu découvrir le film. On ne comprend alors pas cette façon de travailler, surtout quand on prend un tel risque avec une production si coûteuse, mais ambitieuse d’estimer à nouveau le fantastique au cœur du cinéma français. Dans la Brume est un bon film, un excellent divertissement, pourquoi ne pas mieux le défendre et nous permettre de l’afficher en avant-première sur nos différents médias en rencontrant les acteurs et l’équipe technique du film ?

Dans la Brume est un bon film, mais TF1 se donne les moyens de défendre son film des mois après sa sortie en salles. C’est donc pour son exploitation vidéo que le film nous est montré, Dans la Brume étant disponible en DVD & Blu-ray le 7 août 2018.
Pour mettre en scène le long-métrage, TF1 Studio a fait appelle à un réalisateur québécois, Daniel Roby, déjà à l’œuvre sur quelques épisodes de Versailles pour Canal+. Au casting, on retrouve des valeurs sûres comme Romain Duris en père dévoué et Olga Kurylenko, prof à domicile pour mieux s’occuper de leur fille. Si la brume instaure le climat d’épouvante instillant un certain suspense tout le long des péripéties de l’histoire, c’est bien la jeune fille du couple qui sera le pivot dramatique du film de Daniel Roby. Elle est incarnée par la valeur montante Fantine Harduin, jeune comédienne belge repérée dans la saison 5 d’Engrenages ou encore dans Le Voyage de Fantine de Lola Doillon en 2016. Enfermée dans l’appartement de sa mère, la jeune comédienne incarne Sarah, souffrante du syndrome de Stimberger, une maladie incurable appelé aussi « la maladie du poisson rouge » qui la contraint d’habiter dans une bulle de verre géante.
Contraints de s’isoler dans le dernier appartement d’un couple de retraités, Anna (Olga Kurylenko) et Mathieu (Romain Duris) vont tout faire pour sortir leur fille avant l’extinction des batteries de survie.

Voir un Paris vide enveloppé dans une épaisse brume peut aguicher, et l’effet est convaincant. Sous-texte volontaire sur la pollution pourrissant nos grandes villes, quand bien même nous ne saurons jamais la cause à effet de cette apparition soudaine au cœur d’une séquence asphyxiante. Dans la Brume réserve surtout le divertissement simple et concis d’une volonté de survie d’un couple distendu pour leur fille malade. Exploration d’un Paris sous la brume pour aller chercher des équipements de survie, le film se déroule à l’image d’un épisode de Walking Dead première saison. La survie avant tout, loin des grandes palabres parfois envahissantes des saisons suivantes. Dans la Brume est un divertissement concis et efficace où Romain Duris passe par les toits de la ville ou doit affronter des survivants dans un temps limité par la durée des batteries de la bulle de sa fille. Cette dernière, centre névralgique de parents qui se sacrifient pour elle prenant tous les risques pour une nouvelle fois la garder en vie.

Dans la Brume est une agréable surprise en tant que proposition de cinéma fantastique de la part d’un studio français, généralement frileux au genre. Nous faisons face alors à un récit resserrer s’articulant autour de cinq personnages écrits avec précision et justesse. Le réalisateur, Daniel Roby, à la bonne intention de ne jamais bousculer le spectateur via un spectacle simple et efficace, sans esbroufe, seule la volonté de divertir et de produire un bon film compte à cet effet. On peut qualifier cette pertinence de prouesse tant il était devenu rare de voir une inspiration de ce calibre.

1 Rétrolien / Ping

  1. Dans la Brume - Test Blu-ray -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


WordPress spam bloqué par CleanTalk.